Daltonisme

Comment voit un daltonien ?

« Comment tu vois les couleurs ? » Voilà la grande question qu’entendent en permanence les personnes souffrant de daltonisme, et pourtant, ils n’ont pas plus la réponse que vous ! Et oui, ils n’ont aucun élément de comparaison entre leur perception des couleurs et la votre ! Êtes-vous vous-même capable de décrire une couleur que quelqu’un ne perçoit pas de la même façon que vous ?

Avant de voir ensemble les différences perçues avec la vision daltonienne, comprenons d’abord ce qu’est cette anomalie, répondant au doux nom scientifique de « dyschromatopsie « …

La dyschratoma…La dychratop…Bon : le daltonisme, c’est quoi ?

Notre rétine oculaire est composée de 3 types de cônes, ce sont eux qui sont responsables de la perception des couleurs. Eh bien, le daltonisme, c’est la déficience d’un ou plusieurs de ces cônes.

Il y a plusieurs formes de daltonisme, certaines étant plus rares que d’autres et plus ou moins graves. Par exemple, les personnes affectées par une dyschromatopsie de type deutéranopie (oui, il faut s’accrocher un peu, ça pique les yeux !) sont incapables de différencier le rouge du vert. Pas facile quand on est en voiture à un feu rouge ! Enfin non, à un feu vert, enfin oui non, bon, bref.

Quand aucun des cônes ne fonctionne, il y a une absence totale de couleur et on perçoit uniquement des niveaux de gris, c’est la forme la plus rare de daltonisme, et heureusement !

Au total, il existe pas moins de 7 types de dyschromatopsie, en sachant que même pour des individus ne souffrant pas de daltonisme, la vision des couleurs et leur distinctions varient quand même, ça dépend de la variation du nombre de cônes porteurs de chacun des pigments ! On est tous un peu daltoniens finalement

Maintenant que vous en savez plus sur le daltonisme, voici un rapide aperçu de quelques types de daltonisme en photos :

On constate que certaines formes de dyschromatopsie changent complètement la perception des couleurs quand certaines ne font qu’atténuer quelques nuances.

Le daltonisme peut vraiment devenir handicapant dans certaines situations. Mieux comprendre cette anomalie, c’est mieux comprendre ceux qui en souffrent, n’hésitez pas à partager cet article autour de vous !